Allée des Jasmins de Stéphane Ly-Cuong

L’équipe de CREN était à l’avant-première du très attendu court-métrage Allée des Jasmins du réalisateur, metteur en scène et scénariste Stéphane Ly-Cuong le jeudi 13 novembre au cinéma Mac Mahon.

Dès les premières minutes de diffusion, c’est un voyage bouleversant dans les années 60. Je suis submergée par les émotions à travers les scènes d’archives de la guerre, ainsi que par les situations vécues par Loan, le personnage principal.

Mes parents sont issus de la dernière génération de « boat people », arrivés fin des années 80 à Nantes. Ce sont les seuls éléments que j’ai de leur histoire, par omission volontaire de revenir sur ces souvenirs douloureux ou par pudeur. En voyant l’accueil de Loan et de son mari à Noyant, je ne peux qu’inconsciemment remettre les pièces du puzzle pour celui de mes parents.

« Allée des Jasmins » traite du déracinement, de l’isolement qu’on peut ressentir à travers la barrière de la langue, de la perte de repères culinaires et culturels mais surtout de son exil temporaire mais qui s’avérera celui d’une vie.

En 1954, la guerre d’Indochine prend fin avec la défaite française à Dien Bien Phu Après les accords de Genève, le Viet Nam est divisé en deux, entraînant ainsi le départ de 20 000 Français, dont des Eurasiens et leurs proches, fruits de métissages durant la colonisation du Vietnam par la France. Noyant, petit village en Auvergne, a abrité un Centre d’accueil des Français d’Indochine de 1955 à 1965 recevant 1500 rapatriés.

S’inspirant de la vie de sa propre mère, Stéphane Ly-Cuong nous offre un court métrage touchant et personnel. Sa maman BIch Ly-Cuong apparaît dans son propre rôle.

A travers l’autel de Loan, dédié aux personnes défuntes de sa famille, pour garder encore un lien avec ses proches, je revois celui que mes parents consacraient à leurs aïeux dans l’appartement…

Ce court métrage rappelle l’importance du devoir de mémoire, de ces Français d’Indochine pour que ces enfants de deuxième génération puissent comprendre, avancer et se construire.

En tout cas, ce le fut pour moi, par une prise de conscience et de recul pour l’histoire de mes parents.

« Allée des Jasmins » s’est entouré d’un très beau casting : l’actrice franco-vietnamienne Linh Dan Pham (César du meilleur espoir féminin pour « De battre mon coeur s’est arrêté »), dans le rôle de Loan, donnant la réplique à l’acteur, comédien et également photographe Mike Nguyen (il apparait dans l’épisode 2, l’image de l’homme asiatique de la websérie Ça reste entre nous).

Grace Ly fait une belle apparition, à vous de la retrouver pour le plaisir de l’entendre parler dans la langue vietnamienne.

Vous en aurez l’occasion, lors de la projection au Musée de l’Histoire de l’Immigration le 13 février 2019 à 19h30.

Inscription au lien ci dessous

https://www.eventbrite.fr/e/billets-cine-premiere-allee-des-jasmins-53638202307?fbclid=IwAR3FRvwWioLJsSqd2chsJFQyThZZwjLxGDQhU8koROnIzRCIrZ1_gfe0s5Y

PROJECTION ALLEE DES JASMINS 37

 

0001

Photo de David Japy

 

Liens utiles : http://respiroproductions.com/film/allee-des-jasmins#!

https://twitter.com/stephanelycuong

http://linhdanpham.com/

http://mikenguyen.fr/

Votre avis ?