Ce que Christine S. pense de Ça Reste Entre Nous

Ça Reste Entre Nous est un projet qui met en lumière des problématiques rencontrées par les Asiatiques en France, des communautés dites « invisibles ».

Plus jeune, je rejetais mes origines car cela ne m’avait apporté que des problèmes et des railleries.

Pourquoi suis-je différente ? Pourquoi me renvoyait-on toujours mes origines à la figure ? Pourquoi être la première de la classe ne suffit-il pas pour que la maîtresse vienne discuter avec mes parents ? Elle préférait prendre du temps avec ceux avec qui elle pouvait rire, parler d’équitation et de tennis… Les miens n’étaient-ils pas assez intéressants pour elle ?

L’enfant que j’étais ne comprenait pas pourquoi elle faisait partie de cette minorité visible invisible qui arrivait en France à cause du génocide au Cambodge.

J’enviais ces enfants, qui pour moi, avaient tout.

En voulant m’éloigner de tout cela, j’ai compris très vite que je ne pouvais me construire correctement sans connaitre d’où je venais.

Tout ce cheminement identitaire m’a amené à mieux connaitre mon histoire familiale et finalement, celle de tout un peuple.

Je me suis retrouvée embarquée dans l’Histoire et cela m’a fascinée : partir de celle de mes parents, remonter plus loin en recherchant la trace de mes arrières grands-parents au Cambodge et enfin, finir sur Mao et la guerre sino-japonaise des années 30. Tous ces pans et tragédies de l’Histoire font également partie de la mienne maintenant.

J’ai appris à aimer mes origines et j’ai même démarré un arbre généalogique… Jusqu’où vais-je pouvoir remonter ?

Cette différence que je voyais comme un fardeau était devenue une force et une richesse. Il est important pour moi d’être ancrée dans les problématiques de mon époque sans renier mon héritage culturel.

Il était donc essentiel pour moi de m’investir et d’aider à donner une voix aux Asiatiques afin de répondre à des problématiques liées à la différence communautaire (asiatique mais que…), du questionnement identitaire et de casser tous ces clichés.

La haine est souvent liée à une mauvaise connaissance et la peur de l’Autre. Mais au final, où se situe l’Autre ? Est-ce cet asiatique qui tient le restaurant du coin depuis 30 ans ou bien, le « Français de Souche » vu par ces migrants fraichement débarqués ?

Nous nous rendons très vite compte que toutes ces problématiques sont universelles. 

Merci Christine S. pour ces mots touchants de sincérité et de combativité ! Christine fait partie de notre belle team. Retrouvez son parcours ici.

Une réponse sur “Ce que Christine S. pense de Ça Reste Entre Nous”

  1. Je me reconnais dans ton cheminement. D’abord, le rejet, c’est naturel. On apprend en imitant quand on est enfant alors tout ce qui est différent nous attire moins. Puis j’ai réalisé que c’était une étape nécessaire pour mon développement personnel, pour me sentir bien personnellement et professionnellement. Tout est lié ! Et maintenant je ne peux plus m’en passer ! L’arbre généalogique, c’est une excellente idée !! Tu l’as fait comment ? En ligne ?

Répondre à gracely Annuler la réponse.