Tu seras toujours mon peut-être

Fan-AlwaysBeMyMaybeAlways be my baby est un tube des années 90 de Mariah Carey. Mais Always be my maybe, c’est aussi le nom de la dernière comédie romantique produit Netflix, et réalisée par Nahnatchka Khan dont c’est également le premier film. L’histoire est celle de Sasha, une chef célèbre, et Marcus, un musicien local, qui se retrouvent après s’être perdu de vue depuis 15 ans à cause d’une dispute. A l’instar de la chanson homonyme, c’est l’évocation d’un amour entre deux amis d’enfance qui se sont perdus de vue mais dont les retrouvailles vont bousculer les certitudes de leur vies respectives.

Nahnatchka Khan, déjà productrice de la sitcom Fresh Off The Boat (Bienvenue chez les Huang en VF), est cette fois au service de Randall Park qu’elle connaît très bien puisqu’il est l’une des stars de Fresh Off The Boat, ainsi que de Ali Wong dont les spectacles Baby Cobra et Hard Knock Wife (disponibles sur Netflix) sont des perles du stand-up de ces dernières années. Les interprètes de Marcus et Sasha sont également producteurs et scénaristes du film. Always be my maybe suit la trame classique des comédies romantiques, mais à l’instar de Crazy Rich Asians, c’est dans les petits détails que se révèle la finesse de l’asianité portée par son casting. Les spectateurs asiatiques reconnaîtront sans problème les us et coutumes de la famille de Marcus par exemple, et le soin apporté sur les détails en arrière plan ne manqueront pas de faire sourire les plus connaisseurs (Avez-vous remarqué le modèle de rice cooker chez Sasha Tran au tout début du film ?). Et puis n’oublions pas le grand Keanu Reeves dans son propre rôle qui va former le triangle amoureux avec le personnage de Marcus. Mr John Wick est totalement savoureux dans une personnification de lui-même, plein d’auto-dérision et apportant la touche de folie qui va finalement révéler les vrais sentiments des protagonistes. La justesse d’écriture apporte également des subtilités dans une intrigue somme toute assez classique dans le genre, avec notamment une déclaration finale moins grandiloquente et plus contenue, dont les sentiments les plus profonds sont plus exprimés par des gestes anodins plutôt que la parole (on pense notamment aux ventes de goodies de Hello Peril, le groupe de Marcus). Et quand Sasha fait découvrir son nouveau restaurant à Marcus à la toute fin du film, on est complètement pris au dépourvu par cet hommage tellement simple mais aussi tellement évidente à la fois.  

Après le succès phénoménal de Crazy Rich Asians, il semblerait que les studios de cinéma ait enfin pris conscience que des asiatiques pouvaient tenir les premiers rôles dans des productions destinées à tous le monde, et qui vont également apporter de nouvelles nuances à un genre assez balisé. En espérant que ce n’est que le début, et que cette petite révolution se propage dans d’autres genres. Je ne sais pas pour vous, mais en tout cas, ça s’annonce plutôt excitant tout ça !

PS : le générique de fin avec la chanson de Randall Park est vraiment GENIALE !

Votre avis ?